Texte de Jean CHABAL ET Jacqueline A AG UL CFDT FAVERGES EN HOMMAGE A GERALD FLORET

Publié le

Texte de Jean CHABAL ET Jacqueline A AG UL CFDT FAVERGES EN HOMMAGE A GERALD FLORET

Bonjour à toutes et tous,

C'est toujours pour moi, un plaisir que de rencontrer les militantes et militants CFDT de bassin favergien. Plaisir teinté d'un peu de jalousie, quand je vois que le dynamisme, influé par Gérald est toujours aussi vif. Permettez-moi, en tout premier lieu, de vous adresser et de croire en mes plus vifs remerciements de m'avoir permi par votre invitation d'évoquer notre ami Gérald Floret. De Gérald, qui a été jusqu'au bout, plus soucieux des autres que de lui même, c'est, à mon avis, le côté sensibilité et délicatesse qu'il nous faut retenir, sans oublier son opiniâtreté légitime et nécessaire pour résoudre les problèmes, pour ne pas subir l'injustice, en restant citoyen de ce monde qui exige que l'on se batte pour mieux vivre ensemble.

Je ne vous apprendrais rien en vous disant que Gérald, a été un adhérent et militant infatigable au syndicat des métaux CFDT de Faverges, entre autres, saluons encore une fois son dévouement indéfectible, sa rigueur morale, son accueil toujours bienveillant.

Mais, il ne s'est pas contenté de défendre les intérêts de sa corporation, son champ d'actions a été beaucoup plus large, il avais une vision interprofessionnelle qui l’a conduit à siégé au bureau de l'union départementale au nom de l'interprofessionnel et assumant par ailleurs des responsabilités tant départementales, régionales que nationales.

Par ses engagements, par ses paroles porteuses d’espoir, Gérald a su nous montrer le chemin qui permet à l’homme d’atteindre la plénitude, la sérénité et de créer un monde dont il en est le centre. Cela peut être une oeuvre d’art pour un peintre, un champ pour un paysan, ce fut pour lui l’action syndicale et associative. Ses analyses des dossiers au sein de la commission juridique regroupant les trois UL Faverges, Annecy et Rumilly était pertinentes et nous aidaient à la rédaction des conclusions. Libéré de ses obligations professionnelles, il adhére spontanément au syndicat des retraités CFDT, l'UTR dont il en devient bien vite l’un des principaux animateurs. Il est évident que pour lui, le combat ne s'est pas arrêté au moment, où pour la dernière fois, il franchissait la porte de l'entreprise Dupont.

II avait bien avant, découvert que les injustices, les inégalités, les conditions de vie devenaient de plus en plus difficiles à supporter pour les personnes âgées et défavorisées et qu'il fallait encore et même plus, intensifier le combat. D’être à ses côtés pendant ces années de luttes, a été pour moi, pour l'UTR, un formidable moyen de le connaître et d'apprécier toute sa générosité.

Son ouverture d'esprit, sa compréhension aiguë des grands dossiers, apportaient toujours un éclairage fin et circonstancié des situations.

Cet esprit de solidarité, qui l’a toujours animé a largement dépassé les frontières de cette région et de France car il l'a conduit jusqu'en Bolivie.

Chaque fois que vous pousserez cette porte, souvenez-­‐vous que par ses divers témoignages, Gérald nous a montré que l’homme a toujours devant lui deux routes, deux voies entre lesquelles il doit choisir.

A chaque nouveau pas, il y a un croisement, il en est ainsi jusqu’à la dernière seconde de notre vie.

Je souhaite, vous qui êtes présents, soyez les passeurs de témoins. Que ce cette vocation de vivre ensemble, empreinte de tolérance et de solidarité soit ouverte bien au-­‐delà de nos frontières et se perpétue éternellement. Merci de votre attention

J.Chabal

Jacqueline soeur de Gérald FLORET

Jacqueline soeur de Gérald FLORET

TEXTE DE LA SOEUR DE GERALD

En découvrant cette plaque, notre émotion est si grande que nous n'avons pas de mots assez forts pour exprimer notre reconnaissance.

Voila un peu plus de deux ans que Gérald nous a quitté. Généralement après ce temps de deuil nous tombons dans l'oubli.

A Faverges au syndicat CFDT on n'oublie jamais les copains, par ce geste vous lui redites que votre amitié durera toujours. Si nous avions dit à Gérald, un jour tu auras ta photo sur le fronton de la salle des fêtes, ou, mieux une rue de Faverges portera ton nom, il n'aurait pas du tout apprécié. Mais, savoir qu'un jour vous lui dédierez ce local, symbole du mouvement qui a sorti l'ouvrier de l'esclavage pour lui donner les conditions de vie que nous bénéficions aujourd'hui. Oui il aurait été ravi, il n'y a pas plus bel hommage à lui rendre.

En découvrant cette plaque commémorative, en regardant la photo de nôtre frère je vois à ses cotés beaucoup d'autres visages. Le visage de ces militants de tout bord qui vous ont précédés, qui depuis plus d'un siècle se sont dévoués au service de la classe ouvrière, qui ont lutté contre toutes injustices, qui ont sacrifié leur carrière, leur vie pour le bien commun.

Vous le savez mieux que moi, en ce domaine rien n'est tombé du ciel, tout à été acquit par la lutte et souvent dans la douleur, sans eux ou en serions nous. Gérald le croyant savait qu'un jour il les rejoindrait dans la lumière du très haut. Vous bien vivants vous faites partie de leur monde, Gérald venait régulièrement à Marin, chaque fois il nous parlait CFDT, chaque fois il parlait de vous. Cette salle était aussi sa résidence, pour lui vous étiez plus que des amis, vous étiez ses soeurs, vous étiez ses frères.

Ici ensemble vous avez milité, ici durant sa déchéance physique vous avez accepté son handicap, vous l'avez soutenu et aidé, en un mot vous l'avez aimé. En ces temps difficiles pour le syndicalisme, où l'argent est roi, où l'individuel prime,où beaucoup de personnes sont en difficultés, elles ont besoin d'aides. Elles ont besoin de vous. Que cette stèle soit la flamme, cette petite lumière qui vous dit: Courage, continuez le combat, vous êtes dans la vérité. Soyez en remercié.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article